Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée

By 9 juillet 2019Mindset

Comment bien réfléchir pour développer sa créativité et sa réflexion ?

Dans cet article, nous allons rentrer dans les entrailles de notre cerveau et voir comment il fonctionne pour l’améliorer et en tirer le meilleur pour améliorer notre business.

Alors comment mieux réfléchir ? On va répondre à cette question en se basant sur le livre “Thinking Fast and Slow”.

[VIDEO]

Quels sont les 2 caractères qui régissent notre cerveau ?

Dans nos esprits il y a deux caractères :

  1. le Système 1 impulsif, automatique et intuitif
  2. le Système 2 réfléchi et calculateur.

Leurs interactions déterminent notre façon de penser, de porter des jugements et de prendre des décisions, et d’agir.

Le système 1 est la partie de notre cerveau qui fonctionne intuitivement et soudainement, souvent sans notre contrôle conscient. Vous pouvez faire l’expérience de ce système au travail lorsque vous entendez un son très fort et inattendu. Qu’est-ce que vous faites ? Vous déplacez probablement immédiatement et placez automatiquement votre attention vers le son. C’est le système 1.

Cerveau

Cerveau

Ce système est un héritage de notre passé évolutif : il y a des avantages de survie naturels quand on est capable d’agir et de porter des jugements aussi rapidement.

Le système 2 est ce à quoi nous pensons avec la partie du cerveau responsable de nos décisions, de notre raisonnement et de nos croyances individuelles. Il s’agit d’activités conscientes de l’esprit telles que la maîtrise de soi, les choix et une concentration plus consciente de l’attention.

Par exemple, imaginez que vous cherchez une femme dans une foule. Votre esprit se concentre délibérément sur la tâche : il rappelle les caractéristiques de la personne et tout ce qui pourrait l’aider à la localiser. Cette concentration aide à éliminer les distractions potentielles, et vous remarquez à peine les autres personnes dans la foule. Si vous maintenez cette attention concentrée, vous pourriez la repérer en quelques minutes, alors que si vous êtes distrait et perdez votre concentration, vous aurez de la difficulté à la trouver.

La relation entre ces deux systèmes détermine notre comportement.

Pour voir comment fonctionnent les deux systèmes, essayez de résoudre ce fameux problème de batte et balle :

Batte et balle de baseball

Batte et balle de baseball

Une batte et une balle coûtent 1 euro 10. La batte coûte un dollar de plus que la balle. Combien coûte la balle ? Le prix qui vous est probablement venu à l’esprit, 0,10 euros, est le résultat du Système 1 intuitif et automatique, et c’est faux ! Prenez une seconde et faites le calcul maintenant. Voyez-vous votre erreur ? La bonne réponse est 0,05 euros.

Ce qui s’est passé, c’est que votre Système 1 impulsif a pris le contrôle et a automatiquement répondu en s’appuyant sur l’intuition. Mais il a répondu trop vite.

Habituellement, lorsqu’il est confronté à une situation qu’il ne peut pas comprendre, le système 1 fait appel au système 2 pour résoudre le problème, mais dans le cas des battes et des balles, le système 1 est piégé. Il perçoit le problème comme étant plus simple qu’il ne l’est et se dit qu’il peut le régler par lui-même.

Le problème de la batte et de la balle, c’est notre paresse mentale naturelle. Lorsque nous utilisons notre cerveau, nous avons tendance à utiliser le moins d’énergie possible pour chaque tâche. C’est ce qu’on appelle la loi du moindre effort. Parce que vérifier la réponse avec le Système 2 consommerait plus d’énergie, notre esprit ne le fera pas quand il pense qu’il peut simplement s’en sortir avec le Système 1. Cette paresse est regrettable, car l’utilisation du Système 2 est un aspect important de notre intelligence. La recherche montre que la pratique des tâches du Système 2, comme la concentration et la maîtrise de soi, conduit à des scores d’intelligence plus élevés. Le problème de la batte et de la balle l’illustre bien, car nos esprits auraient pu vérifier la réponse en utilisant le système 2 et ainsi éviter de faire cette erreur commune.

En étant paresseux et en évitant d’utiliser le Système 2, notre esprit limite la force de notre intelligence.

Comment le concept d’amorçage affecte notre corps et notre esprit ?

Noix

Noix

Que pensez-vous quand vous voyez le fragment de mot « NOI_ » ? Probablement rien. Et si vous considériez d’abord le mot « MANGER » ? Maintenant, quand vous regardez à nouveau le mot « NOI_ », vous le complèteriez par un X pour « NOIX ». Ce processus est connu sous le nom “d’amorçage”.

Nous sommes amorcés lorsque l’exposition à un mot, un concept ou un événement nous amène à invoquer des mots et des concepts connexes. Si vous aviez vu le mot « COULEUR » au lieu de « MANGER » ci-dessus, vous auriez probablement rajouter un R pour « NOIR ».

Un tel amorçage n’affecte pas seulement notre façon de penser, mais aussi notre façon d’agir. Tout comme l’esprit est affecté à l’écoute de certains mots et concepts, le corps peut l’être aussi. Un bon exemple est donné par une étude dans laquelle les participants qui ont commencé à utiliser des mots associés au fait d’être âgé, comme « Floride » et « rides ». L’état de Floride aux États-Unis est bien connu pour sa forte population de seniors, et, le mot ride renvoie à une caractéristique physique des personnes âgés. Face à ces mots, les personnes ont répondu en marchant à un rythme plus lent que d’habitude comme des personnes âgés.

Incroyablement, l’amorçage des actions et des pensées est complètement inconscient ; nous le faisons sans nous en rendre compte

Ce que l’amorçage montre donc, c’est qu’en dépit de ce que beaucoup prétendent, nous ne sommes pas toujours en contrôle conscient de nos actions, de nos jugements et de nos choix. Au lieu de cela, nous sommes constamment sous l’emprise de certaines conditions sociales et culturelles.

Capitalisme

Capitalisme

Par exemple, les recherches menées par Kathleen Vohs prouvent que le concept de l’argent prime sur les actions individualistes. Les gens qui sont habitués à l’idée de l’argent – par exemple, en étant exposés à des images d’argent – agissent de façon plus indépendante et sont moins disposés à être impliqués avec les autres, à dépendre d’eux ou à accepter leurs demandes. L’une des conclusions de la recherche de Vohs est que le fait de vivre dans une société plus capitaliste pourrait éloigner notre comportement de l’altruisme, c’est à dire le fait d’aider les gens.

L’amorçage, tout comme d’autres éléments de la société, peut influencer les pensées d’un individu et donc ses choix, son jugement et son comportement – et ceux-ci se reflètent dans la culture et affectent fortement le type de société dans laquelle nous vivons tous.

L’effet de halo et le biais de confirmation : 2 phénomènes cognitifs à connaître

Imaginez que vous rencontrez un certain Louis à une fête, et que vous trouvez facile de lui parler. Plus tard, quelqu’un vous demande si vous connaissez quelqu’un qui pourrait vouloir contribuer à son œuvre caritative. Tu penses à Louis, même si la seule chose que tu sais de lui, c’est qu’il est facile de lui parler.

En d’autres termes, vous avez aimé un aspect du personnage de Louis, et vous avez donc supposé que vous aimeriez tout le reste chez lui. Nous approuvons ou désapprouvons souvent une personne, même si nous savons peu de choses sur elle.

La tendance de notre esprit à trop simplifier les choses sans information suffisante conduit souvent à des erreurs de jugement. C’est ce qu’on appelle la cohérence émotionnelle exagérée, aussi connue sous le nom d’effet de halo : les sentiments positifs à propos de l’accessibilité de Louis vous poussent à placer un halo sur Louis, même si vous en savez très peu sur lui.

Peter Cathcart Wason, inventeur du terme "biais de confirmation"

Peter Cathcart Wason, inventeur du terme « biais de confirmation »

Mais ce n’est pas la seule façon dont nos esprits prennent des raccourcis lorsqu’ils portent des jugements. Il y a aussi un biais de confirmation, c’est-à-dire la tendance des gens à être d’accord avec l’information qui appuie leurs croyances.

C’est ce qu’on peut voir si on pose la question : « Alex est-il amical ? » Des études ont montré que, face à cette question mais pas à d’autres informations, nous sommes très susceptibles de considérer Alex comme un ami – parce que l’esprit confirme automatiquement l’idée suggérée.

L’effet de halo et le biais de confirmation se produisent tous les deux parce que nos esprits sont désireux de porter des jugements rapides. Mais cela conduit souvent à des erreurs, car nous n’avons pas toujours assez de données pour faire un appel précis. Nos esprits se fient à de fausses suggestions et à des simplifications excessives pour combler les lacunes dans les données, ce qui nous amène à des conclusions potentiellement erronées.

Tout comme l’amorçage, ces phénomènes cognitifs se produisent sans notre conscience et affectent nos choix, nos jugements et nos actions.

Qu’est ce que l’effet d’heuristique ?

Souvent, nous nous trouvons dans des situations où nous devons porter un jugement rapide. Pour nous aider à le faire, notre esprit a développé de petits raccourcis pour nous aider à comprendre immédiatement notre environnement. C’est ce qu’on appelle l’heuristique.

La plupart du temps, ces processus sont très utiles, mais le problème est que notre esprit a tendance à en abuser. Les appliquer dans des situations pour lesquelles ils ne sont pas adaptés peut nous conduire à commettre des erreurs. Pour mieux comprendre ce qu’est l’heuristique et les erreurs qu’elle peut entraîner, nous pouvons examiner deux types d’heuristique : l’heuristique de substitution et l’heuristique de disponibilité.

L’heuristique de substitution consiste à répondre à une question plus facile que celle qui a été posée. Prenez cette question, par exemple : « Cette femme est candidate au poste de Présidente. Quel sera son succès dans ses fonctions ? » On remplace automatiquement la question à laquelle on est censé répondre par une question plus facile, comme : « Cette femme ressemble-t-elle à quelqu’un qui fera un bon président ? »

Kolinda Grabar-Kitarovic, Présidente de la Croatie

Kolinda Grabar-Kitarovic, Présidente de la Croatie

Cette heuristique signifie qu’au lieu de faire des recherches sur les antécédents et les politiques du candidat, nous nous posons simplement la question beaucoup plus facile de savoir si cette femme correspond à notre image mentale d’un bon président. Malheureusement, si la femme ne correspond pas à notre image du président, nous pourrions la rejeter – même si elle a des années d’expérience dans le domaine politique ce qui en fait une candidate idéale.

Ensuite, il y a l’heuristique de disponibilité, où vous surestimez la probabilité de quelque chose que vous entendez souvent ou que vous trouvez facile à retenir. Par exemple, les accidents vasculaires cérébraux causent beaucoup plus de décès que les accidents, mais une étude a révélé que 80 pour cent des répondants considéraient un décès accidentel comme un sort plus probable. C’est parce que nous entendons davantage parler de décès accidentels dans les médias et parce qu’ils nous impressionnent davantage ; nous nous souvenons plus facilement de morts accidentelles horribles que de décès par accident vasculaire cérébral, et nous pouvons donc réagir de manière inappropriée à ces dangers.

 

Comment pouvez-vous prédire si certaines choses vont se produire ?

Une façon efficace est de garder le taux de base à l’esprit. Il s’agit d’une base statistique sur laquelle s’appuient d’autres statistiques. Par exemple, imaginons qu’une grande compagnie de taxi ait 20 % de taxis jaunes et 80 % de taxis rouges. Cela signifie que le taux de base pour les taxis jaunes est de 20 pour cent et le taux de base pour les taxis rouges est de 80 pour cent. Si vous commandez un taxi et que vous voulez deviner sa couleur, souvenez-vous des tarifs de base et vous ferez une prédiction assez précise.

Nous devrions donc toujours nous souvenir du taux de base lorsque nous prédisons un événement, mais malheureusement cela ne se produit pas. En fait, la négligence du taux de base est extrêmement courante.

Taxi rouge

Taxi rouge

L’une des raisons pour lesquelles nous ne tenons pas compte du taux de base est que nous nous concentrons sur ce à quoi nous nous attendons plutôt que sur ce qui est le plus probable. Par exemple, imaginez à nouveau ces taxis : Si vous voyiez passer cinq taxis rouges, vous auriez probablement l’impression que le prochain sera probablement jaune pour changer. Mais quel que soit le nombre de taxis de l’une ou l’autre couleur qui passent, la probabilité que le taxi suivante soit rouge sera toujours d’environ 80 % – et si nous nous rappelons le taux de base, nous devrions le réaliser. Mais au lieu de cela, nous avons tendance à nous concentrer sur ce que nous nous attendons à voir, un taxi jaune, et donc nous aurons probablement tort.

La négligence du taux de base est une erreur courante liée au problème plus large du travail avec les statistiques. Nous luttons aussi pour nous rappeler que tout revient à la moyenne. Par exemple, si une attaquante de football qui marque en moyenne cinq buts par mois marque dix buts en septembre, son entraîneur sera ravi ; mais si elle marque environ cinq buts par mois pour le reste de l’année, son entraîneur lui reprochera probablement de ne pas continuer sa « bonne passe ». Mais l’attaquante ne mériterait pas cette critique, car elle ne fait que régresser vers la moyenne !

La différence entre le « moi » qui se souvient et le « moi » qui fait l’expérience

Notre esprit ne se souvient pas des expériences d’une manière directe. Nous avons deux appareils différents, appelés memory selves, qui se souviennent différemment des situations.

Mémoire

Mémoire

Tout d’abord, il y a le moi qui fait l’expérience, qui enregistre ce que nous ressentons dans le moment présent. Il pose la question : « Qu’est-ce que ça fait maintenant ? »

Ensuite, il y a le moi qui se souvient, qui enregistre comment l’événement s’est déroulé après les faits. Il demande, « Comment c’était dans l’ensemble ? »

Le moi d’expérience donne un compte rendu plus précis de ce qui s’est passé, parce que nos sentiments pendant une expérience sont toujours les plus précis. Mais le souvenir de soi, qui est moins précis parce qu’il enregistre les souvenirs une fois la situation terminée, domine notre mémoire.

Il y a deux raisons pour lesquelles le moi qui se souvient domine le moi qui fait l’expérience. La première s’appelle la négligence de la durée, où l’on ignore la durée totale de l’événement en faveur d’une mémoire particulière de celui-ci. Deuxièmement, il y a la règle de la fin de la période de pic, où l’on accorde trop d’importance à ce qui se passe à la fin d’un événement.

Pour un exemple de cette domination du moi qui se souvient, prenons cette expérience, qui a mesuré les souvenirs d’une coloscopie douloureuse. Avant la coloscopie, les patients étaient répartis en deux groupes : les patients d’un groupe recevaient des coloscopies longues et plutôt longues, tandis que ceux de l’autre groupe recevaient des interventions beaucoup plus courtes, mais où le niveau de douleur augmentait vers la fin.

On pourrait penser que les patients les plus mécontents sont ceux qui ont enduré le processus le plus long, car leur douleur a été endurée plus longtemps. C’est certainement ce qu’ils ont ressenti à l’époque. Au cours du processus, lorsqu’on a interrogé chaque patient sur la douleur, sa propre expérience a donné une réponse précise : ceux qui avaient subi les procédures les plus longues se sentaient plus mal. Cependant, après l’expérience, lorsque le souvenir de soi reprend le dessus, ceux qui ont vécu le processus le plus court avec la fin la plus douloureuse ont ressenti le pire. Cette enquête nous offre un exemple clair de la négligence de la durée, de la règle de la fin de la période de pic et de nos souvenirs erronés.

L’état de tension intellectuelle

Note esprit utilise différentes quantités d’énergie en fonction de la tâche à accomplir. Lorsqu’il n’est pas nécessaire de mobiliser l’attention et que peu d’énergie est nécessaire, nous sommes dans un état d’aisance cognitive. Pourtant, lorsque notre esprit doit mobiliser l’attention, il utilise plus d’énergie et entre dans un état de tension intellectuelle.

Ces changements dans les niveaux d’énergie du cerveau ont des effets dramatiques sur notre comportement.

Dans un état d’aisance intellectuelle, le Système 1 intuitif est en charge de notre esprit, et le Système 2 logique et plus énergivore est affaibli. Cela signifie que nous sommes plus intuitifs, plus créatifs et plus heureux, mais que nous sommes aussi plus susceptibles de faire des erreurs.

État de tension intellectuelle

État de tension intellectuelle

Dans un état de tension intellectuelle, notre conscience est plus éveillée, et c’est donc le Système 2 qui est mis en charge. Le système 2 est plus prêt à vérifier nos jugements que le système 1, donc bien que nous soyons beaucoup moins créatifs, nous ferons moins d’erreurs.

Vous pouvez consciemment influencer la quantité d’énergie que l’esprit utilise pour se mettre dans le bon état d’esprit pour certaines tâches. Si vous voulez qu’un message soit persuasif, par exemple, essayez de favoriser la facilité intellectuelle.

Une façon d’y parvenir est de s’exposer à des informations répétitives. Si l’information nous est répétée ou rendue plus mémorable, elle devient plus persuasive. C’est parce que nos esprits ont évolué pour réagir positivement lorsqu’ils sont exposés de façon répétée aux mêmes messages clairs. Quand nous voyons quelque chose de familier, nous entrons dans un état d’aisance intellectuelle.

La tension intellectuelle nous aide à réussir dans des domaines comme les problèmes statistiques. Nous pouvons entrer dans cet état en nous exposant à des informations qui nous sont présentées d’une manière confuse, par exemple, via des caractères difficiles à lire. Nos esprits se réveillent et augmentent leur niveau d’énergie dans un effort pour comprendre le problème, et donc nous sommes moins susceptibles d’abandonner simplement.

De légers changements qui peuvent tout changer…

La façon dont nous jugeons les idées et abordons les problèmes est fortement déterminée par la façon dont ils nous sont exprimés. De légers changements dans les détails ou l’orientation d’une déclaration ou d’une question peuvent modifier radicalement la façon dont nous l’abordons.

Probabilité

Probabilité

La façon dont nous évaluons les risques en est un bon exemple.

Vous pensez peut-être qu’une fois qu’on peut déterminer la probabilité qu’un risque se produise, tout le monde l’abordera de la même façon. Pourtant, ce n’est pas le cas. Même dans le cas de probabilités calculées avec soin, le simple fait de changer la façon dont le chiffre est exprimé peut changer notre façon de l’aborder.

Par exemple, les gens considéreront qu’un événement rare est plus susceptible de se produire s’il est exprimé en termes de fréquence (ex: 4x tous les 10 ans) relative plutôt que comme une probabilité statistique.

Dans le cadre de ce qu’on appelle l’expérience de M. Jones, on a demandé à deux groupes de professionnels psychiatriques s’il était sans danger de sortir M. Jones de l’hôpital psychiatrique. Le premier groupe s’est fait dire que des patients comme M. Jones avaient une « probabilité de 10 % de commettre un acte de violence », et le second groupe s’est fait dire que « sur 100 patients semblables à M. Jones, on estime que 10 commettent un acte de violence ». Parmi les deux groupes, presque deux fois plus de personnes du deuxième groupe ont refusé sa libération.

Une autre façon de détourner notre attention de ce qui est statistiquement pertinent est appelée la négligence du dénominateur. Cela se produit lorsque nous ignorons les statistiques simples au profit d’images mentales vives qui influencent nos décisions.

Prenez ces deux déclarations : « Ce médicament protège les enfants contre la maladie X mais a 0,001 % de risque de défigurement permanent » contre « Un enfant sur 100 000 qui prend ce médicament sera défiguré de façon permanente ». Même si les deux énoncés sont égaux, le deuxième fait penser à un enfant défiguré et a beaucoup plus d’influence ; c’est pourquoi il nous rendrait moins enclins à prendre le médicament.

 

Comment pouvons-nous, en tant qu’individus, faire des choix ?

Pendant longtemps, un groupe puissant et influent d’économistes a suggéré que nous prenions des décisions fondées uniquement sur des arguments rationnels. Ils soutenaient que nous faisons tous des choix en fonction de la théorie de l’utilité, selon laquelle, lorsque les individus prennent des décisions, ils ne tiennent compte que des faits rationnels et choisissent l’option ayant le meilleur résultat global pour eux, c’est-à-dire la plus utile.

Imaginez deux personnes, John et Jenny, qui ont tous deux une fortune de 5 millions de dollars. Selon la théorie de l’utilité, ils ont la même richesse, ce qui signifie qu’ils devraient tous deux être également satisfaits de leurs finances.

Roulette Casino

Roulette Casino

Mais si on compliquait un peu les choses ? Disons que leurs fortunes de 5 millions de dollars sont le résultat final d’une journée au casino, et que les deux avaient des points de départ très différents : Jean n’a reçu qu’un million de dollars et quintuplé son argent, tandis que Jenny a reçu 9 millions de dollars qui ont été ramenés à 5 millions de dollars. Pensez-vous toujours que John et Jenny sont tout aussi heureux avec leurs 5 millions de dollars ?

Peu probable. Il est donc clair qu’il y a quelque chose de plus dans la façon dont nous valorisons les choses.Puisque nous ne voyons pas tous l’utilité aussi rationnellement que le pense la théorie de l’utilité, nous pouvons prendre des décisions étranges et irrationnelles.

Si la théorie de l’utilité ne fonctionne pas, qu’est-ce qui fonctionne ?

Une alternative est la théorie des perspectives, développée.

La théorie des perspectives de Kahneman remet en question la théorie de l’utilité en montrant que lorsque nous faisons des choix, nous n’agissons pas toujours de la manière la plus rationnelle.

Imaginez ces deux scénarios par exemple : Dans le premier scénario, on vous donne 1 000 $ et vous devez ensuite choisir entre recevoir un montant précis de 500 $ ou prendre 50 % de chance de gagner 1 000 $ de plus. Dans le deuxième scénario, on vous donne 2 000 $ et vous devez ensuite choisir entre une perte certaine de 500 $ ou prendre un risque de 50 % en perdant 1 000 $.

Si nous faisions des choix purement rationnels, nous ferions le même choix dans les deux cas. Mais ce n’est pas le cas. Dans le premier cas, la plupart des gens choisissent de prendre le pari sûr, tandis que dans le second cas, la plupart des gens prennent un pari.

La théorie de la perspective met en évidence au moins deux raisons pour lesquelles nous n’agissons pas toujours de façon rationnelle. Les deux se caractérisent par notre peur de perdre – le fait que nous craignons les pertes plus que nous n’apprécions les gains.

  1. La première raison est que nous valorisons les choses en nous basant sur des points de référence. Commencer avec 1 000 $ ou 2 000 $ dans les deux scénarios change la question de savoir si nous sommes prêts à jouer, parce que le point de départ influe sur la façon dont nous évaluons notre position. Le point de référence dans le premier scénario est de 1 000 $ et de 2 000 $ dans le deuxième, ce qui veut dire que se retrouver à 1 500 $, c’est comme une victoire dans le premier, mais une perte désagréable dans le deuxième. Même si notre raisonnement est clairement irrationnel, nous comprenons la valeur autant par notre point de départ que par la valeur objective réelle à l’époque.
  2. Deuxièmement, nous sommes influencés par le principe de sensibilité décroissante : la valeur que nous percevons peut être différente de sa valeur réelle. Par exemple, passer de 1 000 $ à 900 $ n’est pas aussi mal que passer de 200 $ à 100 $, même si la valeur monétaire des deux pertes est égale. De même, dans notre exemple, la valeur perçue perdue lorsqu’on passe de 1 500 $ à 1 000 $ est plus élevée que lorsqu’on passe de 2 000 $ à 1 500 $.

Pour comprendre les situations, notre esprit utilise naturellement la cohérence intellectuelle ; nous construisons des images mentales complètes pour expliquer des idées et des concepts. Par exemple, nous avons beaucoup d’images dans notre cerveau pour la météo. Nous avons une image pour, disons, le temps estival, qui pourrait être l’image d’un soleil brillant et chaud.

En plus de nous aider à comprendre les choses, nous comptons aussi sur ces images pour prendre une décision. Lorsque nous prenons des décisions, nous nous référons à ces images et construisons nos hypothèses et conclusions sur la base de celles-ci. Par exemple, si nous voulons savoir quels vêtements porter en été, nous basons nos décisions sur notre image du temps qu’il fait cette saison.

Image que l'on peut avoir d'un temps estival

Image que l’on peut avoir d’un temps estival

Le problème, c’est que nous accordons trop d’importance à ces images. Même lorsque les statistiques et les données disponibles ne concordent pas avec nos images mentales, nous laissons quand même les images nous guider. En été, on peut prédire un temps relativement frais, mais vous pouvez quand même sortir en short et en t-shirt, car c’est ce que votre image mentale de l’été vous incite à porter.

Bref, nous sommes trop sûrs de nos images mentales qui sont souvent défectueuses. Mais il existe des moyens de surmonter cette confiance excessive et de commencer à faire de meilleures prédictions.

Une façon d’éviter les erreurs est d’utiliser la prévision de classe de référence. Au lieu de porter des jugements fondés sur vos images mentales plutôt générales, utilisez des exemples historiques précis pour faire des prévisions plus précises.

 

Récapitulons en 4 points :

  1. Notre esprit contient deux systèmes. Le premier agit instinctivement et demande peu d’efforts ; le second est plus réfléchi et exige beaucoup plus d’attention de notre part. Nos pensées et nos actions varient selon celui des deux systèmes qui contrôle notre cerveau à ce moment-là.
  2. Les messages sont plus persuasifs lorsque nous y sommes exposés de façon répétée. C’est probablement parce que nous avons évolué d’une manière qui fait que l’exposition répétée à des choses qui n’ont pas de mauvaises conséquences est considérée comme bonne en soi.
  3. Ne vous laissez pas influencer par de rares événements statistiques qui sont surreprésentés dans les journaux. Les catastrophes et autres événements sont une partie importante de notre histoire, mais nous surestimons souvent leur probabilité statistique en raison des images frappantes que nous leur associons dans les médias.
  4. Vous êtes plus créatif et intuitif quand vous êtes de meilleure humeur. Quand vous êtes de meilleure humeur, la partie de l’esprit qui est alerte et analytique a tendance à se détendre. Cela cède le contrôle de votre esprit au système de pensée plus intuitif et plus rapide, ce qui vous rend également plus créatif.

Depuis que j’ai appris ces 4 points j’ai appris à mieux réfléchir et je prends ainsi de bonnes décisions pour mon business. Réfléchir en ayant en tête ces points doit devenir dans l’idéal une habitude : cela peut faire énormément croître votre capacité de créativité et votre réflexion. Si vous voulez en savoir plus sur mes stratégies business et comment je fais pour avoir une entreprise qui cartonne sur internet vous pouvez suivre un cours que je vous offre.

C’était Nej Douma de Profiskills, j’attends les plus motivés de l’autre côté. Lancez-vous !

 Envie de  réussir 
à vivre de votre business en ligne rentable ? 

rapidement et sans risque